T’as vu, Jean-Michel, j’écris un article sur toi. Même que j’ai fait un hashtag à ton nom juste pour l’occasion. Tu passeras le bonjour à Gégé. Bisous.


On peut s’arrêter deux minutes ? Non parce que c’est bien gentil de se moquer, mais il faut savoir de qui. Fais comme moi, assure toi que tu n’es pas membre de la team à l’insu de ton plein gré. C’est par  ici. Force et courage !


Normalement, à ce stade de l’article, le « Jean-Michel » est déjà parti bougonner dans son coin. Parce qu’en bon leader de la team #PremierDegré, il n’a pas le sens de l’humour. En raison d’un défaut d’étanchéité sous la toiture, le « Jean-Michel » se noie dans ses certitudes et nous bassine avec son ton péremptoire. Ça y est, tu le remets ? Oui, voilà, c’est lui. Le gros relou de Twitter, le dérangé (souvent dérangeant) de Facebook. Il n’a pas encore découvert Instagram, Dieu bénisse. 

Tu veux un dessin ? 

Le « Jean-Michel » réagit au quart de tour. Mais il devrait parfois tourner son doigt sept fois dans son gant avant de twitter. Il ne saisit ni le sarcasme, ni la dérision. Encore moins s’ils sont pratiqués en mode brut de décoffrage. Comprends bien, si tu ajoutes un petit smiley ou mieux, un Gif, il se peut (je dis bien, il se peut), que Jean-Michel se doute de l’entourloupe. Mais puisqu’il n’est pas sûr, il cartonne. Alors, gaffe à toi, anticipe le scud !

Une femme encourage

En bande (dés)organisée

Bah oui, plus on est de fous, moins y’a de riz ! Le Jean-Michel a plein de copains — on se demande par quel miracle—. Mais si, fais un effort. Ça y est, tu le remets lui aussi ? Je parle de Marcel #Psychonnerie, ce diplômé en analyse de twits, qui te sort une disserte en 280 signes sur le tien. Le truc béton : thèse, antithèse, synthèse. Imparable. Je rigoooole ! Enfin, quand je suis d’humeur. 

Entre nous, ils me font rire quand ils ne me fatiguent pas. J’avoue, je suis parfois tentée de jouer la provoc, mais je m’abstiens : les blagues les plus courtes sont les moins longues. Et parfois, j’en viens à regretter les 140 signes d’antan.

P.S. : À tous les vrais Jean-Michel, je vous aime. Marcel, fais pas ta tête de lard, je te fais un bisou à toi aussi.

N’oubliez pas de boire un peu, et de lire beaucoup !

J’espère que cet article vous a plu. Mes billets n’ont aucune valeur d’exemple, je me contente d’y raconter une expérience : la mienne. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire juste en dessous, et à me dire quels thèmes vous souhaiteriez que j’aborde sur mon blog ! À très vite pour un nouvel article !

Partagez cert article

Un commentaire

  1. […] (mauvaise) Humeur Du bruit avec la bouche Lectures (mauvaise) Humeur […]

Laisser un commentaire